Archives mensuelles : novembre 2016

65 ème Café économique : Refuser la pauvreté…

65ème Café économique

Jeudi 17 novembre 2016 à 19h15

attention!!! Le Moulin du Grand Poulguin étant fermé, le Café éco aura lieu à l’Auberge de la Fleur d’Ajonc, place Julia, à Pont-Aven, bien sûr!

 

Refuser la pauvreté

La France est un pays riche et pourtant, dans notre pays, il y a de 5 à plus de 8 (certains disent même 9) millions de pauvres. En Europe, ce sont près de 123 millions de personnes qui vivent aujourd’hui en situation de pauvreté.

Après avoir précisé cette notion de pauvreté, nous essaierons de rechercher les solutions permettant d’en sortir.

La solution qui vient la première à l’esprit est la croissance selon la doctrine qui sous-entend que la croissance profite à toutes les couches de la population et donc s’accompagne d’une réduction de la pauvreté. Mais en fait, il n’en est rien car la croissance s’accompagne plutôt d’une aggravation des inégalités.

D’autres études montrent que ce qui coûte le plus cher, c’est la pauvreté, et non les pauvres. D’où l’émergence d’un certain nombre de solutions concernant les personnes capables de travailler.

On évoquera également les solutions proposées pour lutter contre cet aspect particulier de la pauvreté qu’est le mal logement. Et enfin la question de la discrimination dont font l’objet, sous diverses formes, les pauvres.

Le sujet sera introduit par Jean Jacques Faure et Paskal Henri.

 

 

Les catégories d’articles

Derniers articles du Forum

    • Le Portugal en panne d'investissement 18 octobre 2019
      La discipline budgétaire, qui avait permis à Antonio Costa de financer des mesures sociales lors de son premier mandat, handicape la croissance du pays
    • Union Européenne : la grande fermeture ? 18 octobre 2019
      Cela fait partie de l’ADN de l’Union Européenne que de défendre l’ouverture, la mondialisation, le (doux) commerce, et d’encourager les échanges (notamment chez les jeunes avec Erasmus).
    • Les 10 limites de la méthode Duflo 18 octobre 2019
      Agnès Labrousse et Arthur Jatteau, deux économistes qui ont étudié les expérimentations aléatoires ou randomisées, expliquent pourquoi ces dernières sont à prendre avec précaution.