90ème Café Économique -De l’Énergie-

90ème Café Éco

De l’énergie!

Au Café Économique de Pont Aven

    Le jeudi 18 avril 2019 à 19h15

– Au Moulin du Grand Poulguin –

Quai Théodore Botrel à Pont Aven                   

Quelles énergies pour quels besoins ?

De l’utilité de l’énergie.

Les sociétés humaines sont très dépendantes de l’énergie essentiellement pour le déplacement des personnes, l’éclairage et le chauffage des lieux de vie voire leur refroidissement, la production des marchandises et leur transport.

Produire ou collecter l’énergie.

Feu, soleil, source chaude, animal et esclave ont accompagnés les premiers développements humains.

Au fil de l’avancée des technologies, l’humain a souvent pensé avoir trouvé des solutions mais avec presque toujours des dégâts collatéraux possibles notamment le gaz carbonique, le risque et le déchet nucléaire.

La société mondiale est alertée mais les instances internationales peinent à mettre en œuvre les objectifs édictés dont on peut craindre qu’ils ne résistent pas à la découverte de nouveaux gisements ou à la croissance décomplexée et annoncée de l’aviation.

Débattre … énergiquement.

On parlera des objectifs de la transition écologique, notamment de l’amélioration de l’habitat et de la consommation des véhicules.

On parlera aussi du marché des droits à polluer.

Et peut être de l’utilité relative des distances parcourues. Un AR Paris New York en avion pour une personne c’est le chauffage pendant un an pour une famille occupant un petit appartement ou une année de transport domicile-travail.

L’objectif de libre circulation des marchandises à la recherche du meilleur prix en tous sens au travers du monde ne serait-il pas un dogme coûteux en gaz carbonique ?Paradoxalement, cette question n’est pas abordée lors des séquences internationales pourtant pathétiques.

Présentation Rosen Rayer, Chantal Guennec, Jean-Pierre Beux, puis place au débat.

89ème Café Éco La retraite des jeunes

 

89ème Café Éco

La retraite des jeunes !

Au Café Économique de Pont Aven

    Le jeudi 21 mars 2019 à 19h15

– Au Moulin du Grand Poulguin –

Quai Théodore Botrel à Pont Aven                       

La retraite, c’est pour les vieux mais ça concerne aussi les jeunes ou, plus largement, les actifs !

Entrée tardive dans le monde du travail, pavée de stages et de CDD, ces débuts difficiles peuvent conduire des jeunes à dire : « la retraite ? on paye pour les vieux mais nous, on n’en aura pas ! »

En France, le principe de base est la répartition, c’est-à-dire que les retraites de l’année sont financées par les cotisations sur la production de l’année : c’est en payant pour leurs anciens que les actifs acquièrent des droits pour leur propre retraite, reste à savoir ce qu’ils vaudront.

Il y a d’autres modes de financement possibles, notamment la capitalisation, mais aussi l’impôt. Nous porterons un petit regard sur d’autres systèmes dans d’autres pays.

Une énième réforme se prépare, qui devrait être de grande ampleur, ses détails et modalités devaient être rendus publics en ce début d’année, mais la contestation sociale de cet hiver a rendu le gouvernement prudent dans l’annonce des bouleversements qu’il souhaite…

Une chose reste sûre, le choix de la répartition est affirmé : alors les jeunes, il va falloir continuer à payer ! mais c’est aussi la solution pour que vous aussi vous ayez droit à cette retraite, sans avoir à mettre des sous de côté pour vos vieux jours !

Présentation Jean David

88ème Café Éco « Gilets Jaunes, second round… sur la piste des solutions »

« Gilets Jaunes »

« Apportez votre eau au Moulin !»

« Second round… sur la piste des solutions »

au Café Économique de Pont Aven

    le jeudi 21 février 2019 à 19h15

– au Moulin du Grand Poulguin –

Quai Théodore Botrel à Pont Aven                       

Après l’état des lieux du 17 janvier dernier, nous vous proposons de poursuivre notre réflexion par une deuxième soirée débat sur la piste des solutions autour des thèmes évoqués lors du grand débat :

La transition écologique, la justice sociale, la démocratie et l’organisation de l’état.

Vous trouverez en pièce jointe le relevé brut des interventions du 17 janvier dernier.

Comme convenu, l’ensemble des thèmes abordés avec les solutions proposées seront transmises à la préfecture dans le cadre du grand débat national.

Présentation Chantal Guennec

87ème Café économique : Gilets Jaunes, apportez votre eau au Moulin!

87 ème Café Économique de Pont Aven !

    Jeudi 17 janvier 2019 à 19h15

 au Moulin du Grand Poulguin, Quai Théodore Botrel à Pont Aven                                                                                                                                   

Depuis 2 mois, nous vivons un véritable questionnement sur nos choix de société, les mesures annoncées sur la nécessaire transition écologique ont provoqué un bouleversement inédit, les principaux sujets  étant  les inégalités sociales, la transition écologique, la justice sociale, l’évolution de la société et la participation citoyenne…

Afin d’enrichir notre réflexion, nous vous proposons une 1ère soirée débat constructive.

Les principaux thèmes abordés pourront  être:

  1. la transition écologique :  comment être mieux accompagné dans son quotidien pour se loger, se déplacer, se chauffer ?
  2. Comment avoir plus de justice sociale ?
  1. Comment faire évoluer notre pratique de la démocratie et de la citoyenneté ?
  1. Comment faire évoluer l’organisation de l’état et des services publics afin d’être à proximité de nos besoins et les rendre plus efficaces ?

Chantal Guennec présentera les sujets brièvement, les idées et doléances seront notées sur un tableau et pourront être restituées dans un document.

Et vous pouvez déjà retenir la date du 21 février pour une nouvelle séance sur les propositions !

86 ème Café économique : la monnaie et les hommes.

Le rendez-vous habituel du Café Économique va prendre une forme particulière ce mois de décembre.

À la demande de l’Université du Temps Libre des Trois Rivières, Jean David et Jean-Pierre Beux interviendront à la conférence qu’elle organise

 

                           le mardi 18 décembre à 14 heures

                       à l’amphithéâtre du lycée de Kerneuzec, à  QUIMPERLÉ

L’UTL y accueillera bien cordialement les participants du Café Éco.

                    

    La monnaie et les hommes

Notre intervention comprendra plusieurs moments :

Dans un premier temps, pour introduire les principes et le vocabulaire de la monnaie, nous vous proposerons une immersion dans le fonctionnement d’une association d’échanges locaux. Ça parait trop simple, mais le mode de fonctionnement est pourtant le même que celui d’une monnaie nationale.

Pour aller au-delà, il nous faudra aborder les échanges qui dépassent le cadre local, en fait le cadre national et les solutions retenues, à partir de trois exemples :

  • Les accords de Bretton Woods (1944) et ce qu’il en reste aujourd’hui.
  • L’aventure de l’Euro, monnaie unique entre des pays dont la culture et l’histoire économique sont différentes, mais qui consentent à abandonner leur souveraineté sur leur monnaie : cela peut-il durer ?

Par un retour à l’immersion nous tenterons  de voir si la monnaie unique tend à rapprocher les niveaux des économies ou au contraire à les éloigner.

Ne doit-on pas faire évoluer le système pour que cette monnaie unique devienne vraiment commune ?

  • Les monnaies virtuelles, ou cryptomonnaies, avec notamment la première d’entre elles, le bitcoin : après l’or jaune, y aurait-il un or numérique ?

En présentant tout cela, nous n’aurons pas épuisé le sujet et écouterons la salle !

85 ème Café économique : Le « Brexit », un événement européen.

85ème Café Économique

 Jeudi 15 novembre 2018 à 19h15

exceptionnellement à l’Auberge de la Fleur d’Ajonc

à Pont-Aven (centre)

 

                                            Le Brexit : Un événement européen.

 

La décision britannique lors du référendum de juin 2016 avait interpellé l’Europe entière, erreur voire manipulation pour les uns, issue inévitable pour d’autres. Les négociations pour la mise en œuvre du divorce semblent difficiles entre perspectives d’apocalypse et simple retour à une histoire pas si lointaine.

Dans le respect du vote de nos voisins nous débattrons des raisons de cet échec de l’idéal européen. Pourquoi deux moitiés des peuples britanniques se sont-elles clivées ? On pourra tenter d’examiner chacune des parties et voir dans quelle mesure l’institution européenne les sert ou les dessert, les rassure ou les inquiète.

Le Brexit se décline maintenant dans de nombreuses langues européennes ,avec des clivages semblables malgré le ciment d’une monnaie partagée par 19 pays.

Entre économie, sociologie et angoisses des peuples, nous nous interrogerons, sans trop chiffrer les choses.

84ème Café économique : »Y a plus de paysans! »

84ème Café économique de Pont Aven : « Y a plus de paysans ! »

 

Jeudi 18 octobre à 19h15.

 

Attention ! Pour l’occasion, le Café économique se « délocalise » à la ferme de Poulfanc à Quimperlé, où Aurélie et Pierrick nous accueillent !

« Y’a plus de paysans ! »

La production de notre nourriture étant devenue industrielle, les agriculteurs, malgré tous leurs efforts pour s’adapter aux contraintes de ce système, disparaissent les uns après les autres. Et pourtant, au-delà de leur rôle de producteurs, les paysans ont une place sociétale essentielle et transversale (création d’emplois, tissu social, qualité de vie,  entretien de l’espace, économie rurale…). Alors, comment les aider à retrouver leur place ? Et si la réponse se trouvait dans l’agriculture de régénération avec, dans son prolongement, la blue economy[1].

Le sujet sera introduit par nos hôtes.

 

[1] QU’EST CE QUE LA BLUE ECONOMY ? (source  site blueeco.bzh)

La Blue economy – ou économie Bleue prône l’utilisation des ressources locales et vise une productivité totale source de croissance et d’emplois, objectif zéro déchet, zéro pollution.
Elle ambitionne de répondre aux besoins de base en offrant ce qu’il y a de meilleur pour la santé et pour l’environnement, le tout à un prix juste. Il s’agit d’une nouvelle opportunité pour régénérer le tissu économique de notre territoire.

 

83ème Café économique : Les Start up et leur environnement.

83ème Café économique de Pont-Aven

Jeudi 20 septembre 2018 à 19h15

Au Moulin du Grand Poulguin, quai Théodore Botrel à Pont-Aven.

 

 

Ed…x, la startup qui veut sauver les TPE/PME en difficulté !

T…y Cloud, la startup qui est en train de « tuer » les menus en papier des restaurants !

Fairp…e, la startup hollandaise qui a créé le premier smartphone responsable !

G…Sheep, la startup qui remplace les tondeuses par des moutons !

Vous l’avez deviné, nous allons parler de ce qui se cache derrière cet anglicisme, et tenter de savoir ce qui distingue une « start up » (« jeune pousse » en français) d’une création d’entreprise « normale ».

Nous allons aussi évoquer les « anges des affaires » (« business angels » dans le texte !), parler de capital risque et peut-être de LBO…

Au joystick : Pierre Couëdelo, ancien président de la Technopôle de Lorient, et M. Philippe Abgrall, expert comptable, professeur en gestion et administration des entreprises à l’IUT de Morlaix, conseil auprès de start up.

 

Rappel : nous tiendrons aussi l’AG ordinaire de l’association mais ça devrait être rapide !

82ème Café économique : La culture, un objet (et un sujet) économique comme un autre ?

82ème Café économique de Pont-Aven :

Jeudi 14 juin 2018 à 19h15, au Moulin du Grand Poulguin,

quai Théodore Botrel, à Pont-Aven.

 

La culture, un objet (et un sujet) économique comme un autre ?

 

Associer culture et économie peut paraître choquant à certains…pourtant la culture reste soumise aux contingences dans la mesure où, dans ce domaine comme dans les autres, on ne fait pas toujours tout ce que l’on voudrait, faute de moyens.

Souvent associée au temps libre et au loisir, elle peut paraître relever  du superflu et pâtir de toute baisse des ressources, ou de l’apparition de besoins concurrents.

Certes, la culture a son coût, mais en économie, ce qui est coût pour les uns est aussi revenu pour d’autres.

En outre, son financement est en grande partie public et doit donc répondre à l’attente d’un retour pour les décideurs publics, au moins en termes de plaisir et de satisfaction des citoyens.

Alors la culture, ça coûte ou ça rapporte ?

Pour s’informer et en débattre, nous avons invité des acteurs locaux de la culture qui ont accepté de venir nous faire part de leur expérience et de leur point de vue :

  • Mme Branellec et M.Garin, respectivement directrice et président de l’Etincelle, association en charge du centre culturel de Rosporden.
  • Mme Le Gall, de la Pension Gloanec, libraire à Pont-Aven.
  • Juloux, maire de Clohars Carnoët et vice Président en charge de la culture à Quimperlé Communauté.

81ème Café économique : Libre circulation des biens et des personnes, quelle limite pour la planète?

81ème Café économique

Jeudi 17 mai à 19h15 au Moulin du grand Poulguin à Pont-Aven

Libre circulation des biens et des personnes, quelle limite pour la planète?

Commerce et transport ont toujours été étroitement liés, comme la poule et l’œuf…

Pendant des siècles, la lenteur et les incertitudes des transports, les douanes et octrois ont limité le développement du commerce.

La vapeur puis le pétrole et le moteur à explosion ont révolutionné les transports et dopé les échanges. L’Organisation Mondiale du Commerce  s’attelle à réduire les autres obstacles et le mot d’ordre est désormais la libre circulation des capitaux, des marchandises, voire des personnes.

Mais du temps de la marine à voile et du moteur à crottin, les pollutions étaient limitées : aujourd’hui, les transports sont responsables de 30 à 40% des émissions de gaz à effet de serre, selon les pays et les estimations, et celles-ci croissent plus vite que l’activité, alors que l’objectif , fixé par la COP21, notamment, est de les réduire de manière urgente.

Alors que faire ? À notre portée, on pense à privilégier le circuit court, mais celui-ci peut s’avérer fort émetteur par rapport  aux volumes transportés.

Après les constats, nous vous invitons à réfléchir aux solutions avec  JP Beux, J David et JJ Faure.

Présentationv2Climat _ l’OMI adopte une stratégie pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre des transports maritimes

80ème Café économique : Tobin or not Tobin?

80ème Café économique de Pont-Aven-Jeudi 19 avril 19h15

Au Moulin du Grand Poulguin, quai Théodore Botrel, à Pont-Aven.

 

Tobin or not Tobin ? Faut-il taxer les transactions financières ou non ?

 

L’idée de mettre en place une taxe sur les transactions financières a été lancée dans les années 70 par l’économiste James Tobin qui obtiendra en 1981 le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel, alias prix Nobel d’économie.

Elle avait pour but initial de réguler les taux de change mais l’idée évoluera pour freiner la spéculation, favoriser l’économie réelle, créer des emplois dans le cadre du développement durable.

Cette idée connaît un succès extraordinaire à partir de 1997 en France comme à l’étranger en raison des crises financières. Elle cristallise des débats passionnés entre acteurs économiques, financiers, leaders politiques et associations … Obama avait mis en place des mesures qui allaient dans son esprit et aujourd’hui Trump les abroge. Faut-il mettre en place cette taxe ? Quel doit être son taux ? Comment garantir que la taxe ne se perdra pas dans les méandres des budgets de l’état  et qu’elle participera au développement durable, à l’emploi … ?

 

Après l’introduction du thème par Pierre Jarret, place aux échanges (non taxés !) entre les participants.

79 ème Café économique : PIB, Produit Intérieur Brut ou Promesse Improbable de Bonheur?

79ème Café économique de Pont-Aven-Jeudi 15 mars à 19h15

Au Moulin du Grand Poulguin, quai Théodore Botrel, à Pont-Aven.

 

 

PIB, produit intérieur brut ou promesse improbable de bonheur ?

 

Que sa croissance s’accélère et tout le monde de se réjouir, comme si le taux de croissance du PIB était la mesure indépassable du bonheur sur terre.

Pourtant certains en doutent, et ils n’ont pas forcément tort, mais le PIB fait de la résistance !

Alors qu’y a-t-il de si magique dans le PIB ? Quelles sont les limites de cet indicateur universellement reconnu ? N’est-il pas vain de vouloir lui faire dire autre chose que ce qu’il peut mesurer ? Peut-on l’améliorer ?

A qui et à quoi servent ces indicateurs ?

N’y a-t-il pas d’autres données à prendre en compte pour mesurer l’évolution d’un pays, d’une société, du monde ?

Après un tour d’horizon des nombreuses initiatives pour d’autres outils de mesure, chacun pourra donner son point de vue sur les indicateurs à retenir et peut-être arriverons-nous à  définir l’indice du Café éco de Pont-Aven !

Introduction par Jean David.

78 ème Café économique : « Le pétrole, bénédiction ou malédiction pour les pays qui en possèdent? »

78ème Café économique de Pont-Aven

Jeudi 15 février 2018 à 19h15

 

Au Moulin du Grand Poulguin, quai Théodore Botrel, à Pont-Aven

 

« Le pétrole, bénédiction ou malédiction pour les pays qui en possèdent ? »

 

Le pétrole,  « l’Or noir », nous en sommes devenus dépendants, mais avons pris conscience petit à petit des dégâts qu’il est susceptible de faire à la planète, mais est-ce seulement sur le plan écologique ?

« Or », synonyme de richesse et d’afflux d’argent pour les pays qui ont la chance (?) d’en receler dans leur sous-sol,  n’apporte-t-il que des bienfaits et du bien-être? Ne serait-il pas aussi cause de dégâts collatéraux sur l’économie et la société des pays producteurs, du fait d’une dépendance finalement aussi forte que celle des clients? Ne met-il pas à mal leur souveraineté ?

Ce sujet, brûlant, sera introduit par M. Alain Collas, agrégé et docteur en histoire, chargé d’enseignement à l’université de Bretagne Sud, qui précise :

« Après un historique de la découverte du pétrole, essentiellement au Moyen Orient, nous verrons comment ce produit a structuré depuis 1914 la politique du Moyen Orient.  Nous préciserons le rôle des Anglais et des Américains et les tendances à venir.

Nous évoquerons aussi la situation de la Russie et de la Chine. »

77 ème Café économique : l’innovation, comment ça marche? quel impact sur l’économie?

77ème Café économique

Jeudi 18 janvier à 19h15  au Moulin du Grand Poulguin, à Pont-Aven.

Au programme : L’innovation, tout le monde sait ce que c’est au quotidien, mais comment ça arrive ? Quel est son impact sur l’économie ?

« Il faut innover » entend-t-on souvent. Aujourd’hui notre voiture, voire notre savon sont innovants, jamais une époque n’a mis autant en avant le concept d’innovation comme le fait aujourd’hui notre modernité tardive.

Mais qu’est-ce que l’innovation exactement? Peut-on la définir précisément? Quelles en sont les effets positifs et existent-ils des effets négatifs?

Après avoir défini ce qu’est exactement l’innovation, nous nous attacherons à suivre les différentes phases de développement d’une innovation. Nous regarderons à qui bénéficie réellement l’innovation mais aussi comment la stimuler. Enfin nous étudierons si ce phénomène est mesurable, quantifiable ou non.

Une place toute particulière sera donnée au concept schumpétérien de « destruction créatrice », qui tient un rôle si particulier dans le processus d’innovation.

C’est à une découverte de ce phénomène économique si particulier que vous invitent l’équipe du Café économique et Pierre Couëdelo (créateur d’entreprises innovantes et ancien président de la Technopole de Lorient).

76 ème Café éco : Quelle part de sa richesse une nation doit-elle, peut-elle, consacrer à la solidarité?

                               76ème Café Économique

                        jeudi 21 décembre 2017 à 19h15

                         au Café du Centre à Pont-Aven

 « Quelle part de sa richesse une nation doit-elle, peut-elle, consacrer à la solidarité? »

 

Les chiffres concernant la richesse font rêver : en France, avec 35 000€ de Produit Intérieur Brut (le PIB) par habitant chaque année, on s’étonnera que la pauvreté puisse se cacher dans cette opulence.

Cependant le chiffre est brut,  dans le PIB tout n’est pas consommable, il comprend notamment l’usure des machines qu’il faut remplacer et …quelques finesses comptables.

Il comprend aussi des productions non consommables individuellement,  destinées au partage et à l’accumulation de richesses communes, notamment l’école, la voirie…

Mais encore, le chiffre magique porte en lui la marque de nombreux actes inutiles voire néfastes.

Et le PIB ne révèle pas toute la richesse, on tentera d’évaluer celle du bénévolat et d’imaginer celle, potentielle, de quelques millions de chômeurs.

Il reste quand même de quoi partager un peu !

Mais qu’entend-t-on par solidarité aujourd’hui où la crise économique et la lutte contre les déficits conduisent à une remise en cause de la plupart des systèmes sur lesquels elle s’appuie ?

Enfin, dans le choix entre « doit-on » et « peut-on », se  situe toute la marge de l’action politique…

Sur quel projet de société,  quel contrat social s’appuie donc cette action politique aujourd’hui?

Existent-ils ou sont-ils à construire?

Cette séance sera l’occasion d’un partenariat avec la section locale de la Ligue des droits de l’homme (LDH)

Ce thème, qui sera présenté conjointement par Michèle Daloz et Stéphane Le Labourier, pour la LDH, et Jean Pierre Beux, pour le Café éco

75ème café économique : Ecosse, Flandres, Catalogne…quelle motivation économique à la revendication indépendantiste ?

Le 75ème Café économique aura lieu  Jeudi 16 novembre  à 19h15

Au Moulin du Grand Poulguin, quai Théodore Botrel à Pont-Aven.

et aura pour thème: Ecosse, Flandres, Catalogne…quelle motivation économique à la revendication indépendantiste ?

 

« Quand on est perdu, on cherche une maison. Quand on construit sa maison, tous les coups de main sont bienvenus ! Mais quand on a la plus belle du quartier, on ne veut pas forcément la partager ».

 

Depuis la fin du XVIIème siècle nos sociétés modernes ont habité des maisons fortes, identifiées, fortifiées et souveraines : l’Etat Nation. Cette construction n’allait pas de soi ! Elle a été le fruit de multiples conflits économiques et sanglants et en a généré autant. Elle a étouffé des peuples, des langues, des religions et même généré des génocides. Pourtant, et c’est le plus étonnant, dans un monde de plus en plus multilatéral, global et en paix, la disparition de l’Etat Nation provoque des angoisses, des crises identitaires, des crises religieuses jusqu’à la nostalgie du sentiment nationaliste, au sein même de démocraties à présent bien installées. Les volontés d’émancipation régionale, en Espagne, en Flandres, en Lombardie s’accompagnent dans toutes les démocraties européennes, mais aussi outre-Atlantique, d’une montée des nationalismes, du protectionnisme, du patriotisme économique ou de l’intégrisme religieux.

 

Ce à quoi nous allons tenter de répondre, ou tout au moins de réfléchir lors du 75ème café économique :

–          En quoi le protectionnisme nous protège-t-il et pourquoi la réponse nationaliste se justifie par la recherche de stabilité ?

–          Les égoïsmes territoriaux des régions les plus riches sont-ils compatibles avec l’efficacité économique ?

–          Les ressorts de croissance sont-ils dans les régions les plus développées ou dans les régions à développer ?

–          La régulation (des marchés, de l’évasion fiscale, de l’environnement) est-elle réalisable dans des ensembles intégrés ou dans des territoires avides d’autonomie mais pratiquant la concurrence territoriale et le dumping social et fiscal ?

–          Enfin, quelle construction institutionnelle permettrait de répondre aux besoins d’identité territoriale rassurante tout en développant le sentiment d’appartenance à un tout  plus large, du citoyen européen au citoyen du monde ?

 

Plusieurs cafés seront certainement nécessaires pour embrasser toute cette problématique mais les participants donneront certainement, comme d’habitude, et à travers le débat, le « la » de la soirée !

 

74ème Café économique : l’emploi, vaste sujet…quels leviers pour agir?

74ème café éco : Jeudi 19 octobre à partir de 19h15

Au Moulin du Grand Poulguin, quai Théodore Botrel à Pont-Aven.

 

L’emploi, y a-t-il des manettes dans le cockpit ?

 

On se demande parfois, sur certains sujets de société, s’il y a un pilote dans l’avion. Mais, en supposant qu’il y en a un,  quelles sont les manettes à sa disposition pour agir sur l’emploi ?

  • Le budget, avec ses dépenses « passives » et « actives ?
  • L’Europe ?
  • L’offre et la demande (de travail mais aussi de biens) ?
  • Le contrat de travail et son environnement juridique ?
  • L’auto entrepreneuriat et sa dérive Uber ?
  • … et vous ? sur quels leviers agiriez-vous ?

Les réformes et/ou les adaptations portent toutes en elles des promesses mais aussi des craintes quant à la quantité et à la qualité de l’emploi.

Les résultats à ce jour sont plutôt décevants…

Le Café éco se consacre ce jeudi à identifier, valider, rejeter le cas échéant les « vrais » leviers de l’emploi.

Le débat sera introduit par des membres du Café éco.

…et AG 2017, deuxième convocation!

73ème Café économique : jeudi 28 septembre, Assemblée générale de l’association.

Exceptionnellement le 73 ème Café éco se tiendra le 4 ème jeudi de septembre, soit le 28 septembre à 19h15!

au Moulin du Grand Poulguin, quai Théodore Botrel à Pont Aven.

A cette occasion, l’association tiendra son Assemblée générale statutaire et renouvellera son bureau.

Mais comme toutes les autres séances, cette réunion sera ouverte à tous, pour débattre des sujets d’actualité et des thèmes de nos futurs cafés!

Alors adhérents, et pas encore adhérents ou simplement intéressés, nous comptons sur votre présence!

 

72 ème Café économique : l’insertion par l’activité économique, qu’en est-il près de chez nous?

72 ème Café économique : jeudi 15 juin 2017 à 19h15

Moulin du Grand Poulguin, quai Théodore Botrel, à Pont-Aven.

L’insertion par l’activité économique : où en est-on localement ? Le point avec ceux qui la pratiquent près de nous.

Des structures d’Etat ont été mises en place depuis de nombreuses années, pour remettre sur le rail social des personnes éloignées de l’emploi par les accidents de la vie, les bénéficiaires des minima sociaux, les travailleurs reconnus handicapés…

Tout cela représente une économie en marge du marché du fait des aides publiques, mais  qui satisfait néanmoins des besoins sociaux et permet ainsi la remise en selle des intéressés.

Cela est, bien sûr, très encadré par l’Etat.

Nous nous intéresserons à ce volet particulier de l’économie, à son encadrement légal et à ses perspectives d’avenir.

A cet effet, nous aurons deux témoins clé pour éclairer notre lanterne, Jacques Le Bihan, qui fut plusieurs années durant président des jardins de Kerbellec et Bernard Mazza, directeur de la M.J.C./M.P.T. de Scaër, où fonctionne un chantier laverie / friperie et collecte de vêtements et chaussures usagées.

Nous comptons aussi sur la présence de membres actuels du bureau des Jardins Solidaires de Kerbellec.

71ème café économique : Réflexions sur la dette et sa nécessité.

71 ème Café économique : Jeudi 18 Mai 2017 à 19h15

Moulin du Grand Poulguin, quai Théodore Botrel à Pont-Aven

Qui paie ses dettes s’enrichit.

Les participants seront conviés à décrypter quel fondement économique peut bien porter le vieil adage. Le dicton semble indiquer que se débarrasser de sa dette est salutaire, la dette a mauvaise presse.

La formule date d’une époque où la monnaie était un métal précieux ou son équivalent, mais aujourd’hui, qu’adviendrait-il de l’activité économique si toutes les dettes étaient remboursées ? Celles des ménages, celles des entreprises et bien sûr celles de la collectivité publique sont-elles indispensables ?

Le surendettement n’est peut-être pas devenu tout à fait vertueux, mais une chose est certaine avec la monnaie moderne, tout le monde ne peut pas avoir un compte positif à la banque, cependant le surendettement mène sa petite vie tranquille tant sa fin est redoutée. La dette est la vache sacrée de la finance.

On cherchera à savoir  quelles catégories de la population sont endettées et en particulier celles qui supportent la charge de l’existence de la monnaie.

Subtilement on distinguera deux dettes, celle que l’épargnant a concédée à un emprunteur comme chacun le conçoit, et celle que la banque a bien voulu permettre pour que la monnaie existe en remplacement des métaux précieux.

Autant globalement la dette doit exister, chacun doit cependant pouvoir rembourser les siennes alors, peut-être finira-t-on par la formule inversée, faut-il s’enrichir pour payer ses dettes ?

Le débat sera introduit par Jean Pierre Beux.

Les catégories d’articles

Derniers articles du Forum