Economie de filière

84ème Café économique : »Y a plus de paysans! »

84ème Café économique de Pont Aven : « Y a plus de paysans ! »

 

Jeudi 18 octobre à 19h15.

 

Attention ! Pour l’occasion, le Café économique se « délocalise » à la ferme de Poulfanc à Quimperlé, où Aurélie et Pierrick nous accueillent !

« Y’a plus de paysans ! »

La production de notre nourriture étant devenue industrielle, les agriculteurs, malgré tous leurs efforts pour s’adapter aux contraintes de ce système, disparaissent les uns après les autres. Et pourtant, au-delà de leur rôle de producteurs, les paysans ont une place sociétale essentielle et transversale (création d’emplois, tissu social, qualité de vie,  entretien de l’espace, économie rurale…). Alors, comment les aider à retrouver leur place ? Et si la réponse se trouvait dans l’agriculture de régénération avec, dans son prolongement, la blue economy[1].

Le sujet sera introduit par nos hôtes.

 

[1] QU’EST CE QUE LA BLUE ECONOMY ? (source  site blueeco.bzh)

La Blue economy – ou économie Bleue prône l’utilisation des ressources locales et vise une productivité totale source de croissance et d’emplois, objectif zéro déchet, zéro pollution.
Elle ambitionne de répondre aux besoins de base en offrant ce qu’il y a de meilleur pour la santé et pour l’environnement, le tout à un prix juste. Il s’agit d’une nouvelle opportunité pour régénérer le tissu économique de notre territoire.

 

82ème Café économique : La culture, un objet (et un sujet) économique comme un autre ?

82ème Café économique de Pont-Aven :

Jeudi 14 juin 2018 à 19h15, au Moulin du Grand Poulguin,

quai Théodore Botrel, à Pont-Aven.

 

La culture, un objet (et un sujet) économique comme un autre ?

 

Associer culture et économie peut paraître choquant à certains…pourtant la culture reste soumise aux contingences dans la mesure où, dans ce domaine comme dans les autres, on ne fait pas toujours tout ce que l’on voudrait, faute de moyens.

Souvent associée au temps libre et au loisir, elle peut paraître relever  du superflu et pâtir de toute baisse des ressources, ou de l’apparition de besoins concurrents.

Certes, la culture a son coût, mais en économie, ce qui est coût pour les uns est aussi revenu pour d’autres.

En outre, son financement est en grande partie public et doit donc répondre à l’attente d’un retour pour les décideurs publics, au moins en termes de plaisir et de satisfaction des citoyens.

Alors la culture, ça coûte ou ça rapporte ?

Pour s’informer et en débattre, nous avons invité des acteurs locaux de la culture qui ont accepté de venir nous faire part de leur expérience et de leur point de vue :

  • Mme Branellec et M.Garin, respectivement directrice et président de l’Etincelle, association en charge du centre culturel de Rosporden.
  • Mme Le Gall, de la Pension Gloanec, libraire à Pont-Aven.
  • Juloux, maire de Clohars Carnoët et vice Président en charge de la culture à Quimperlé Communauté.

67 ème Café éco : La guerre, atout ou drogue à accoutumance pour l’économie ???

Le 67ème Café économique de Pont Aven aura lieu le jeudi 19 janvier 2017 à 19h15

 aMoulin du Grand Poulguin, quai Théodore Botrel à Pont-Aven.

L’économie de la guerre nous est présentée comme un atout. La paix nécessite-t-elle de repenser notre système économique?

Nous nous interrogerons sur les relations intimes entre la guerre et l’économie.

  •   Quel est le poids de la guerre dans l’économie ?  Nous ferons un point sur les dépenses militaires, les ventes d’armes et les emplois générés pour raisons de guerre.

« Il n’y a pas que les Rafales dans la vie. Il y a des sous-marins, des satellites, des petites choses qui coûtent cher et pour lesquels les Français sont assez compétents ». Jean-Yves LE DRIAN

  •  Le gaspillage engendré par la guerre est-il un marché comme les autres ?

« La paix n’est pas bon marché, mais la guerre a un coût infiniment supérieur ». Shimon PERES

  •  La paix est-elle indésirable ?  En quoi la paix pourrait-elle menacer notre système économique ?

« Les dépenses du Pentagone sont l’arme la plus puissante de l’économie ». Business Week.

 

Le débat sera introduit par Antoine BEUX et Christian COLIMARD.

60ème Café éco : Du commerce traditionnel au commerce en ligne … ce n’est finalement qu’un petit pas ?

60ème Café éco

Jeudi 21 avril à 19h15

au Moulin du Grand Poulguin

quai Théodore Botrel à Pont Aven.

 DU COMMERCE TRADITIONNEL AU COMMERCE EN LIGNE…. CE N’EST FINALEMENT QU’UN PETIT PAS….

 

« Acheter sur Internet c’est pratique et c’est moins cher » : Ce sont probablement les fondements qui expliquent le mieux la croissance fulgurante de l’e-commerce ces dix dernières années.

En combinant des coûts fixes relativement bas et des boutiques disponibles 24/24h, certains e-commerçants pourraient même être tentés de croire qu’ils ont une longueur d’avance sur le commerce traditionnel.
Or, avec des milliers d’années d’expérience, les commerçants de la vieille école sont considérablement plus aguerris à la vente et ont probablement encore beaucoup à apprendre à leurs homologues e-commerçants nouveaux venus et fans de technologie.
Pas convaincus?
Ensemble nous ferons le tour des mérites et des insuffisances des uns et des autres!
 
Le sujet sera introduit par Chantal Le Guennec et Geneviève Le Meur.

43ème Café : La pêche a-t-elle la pêche ?

43ème Café Eco

Jeudi 16 octobre 2014 à 19h15

 

Bar- Brasserie LE CABESTAN 3

Avenue Docteur Nicolas CONCARNEAU Face aux ports et Ville-Close et devant le grand parking  de la place jean-Jaurès 

 

 

La pêche  a-t-elle la pêche? 

Le café économique de Pont-Aven propose d’explorer d’un regard économique, les océans et  les fonds marins:

– pour repérer les aspects économiques des évolutions de la  pêche

– et essayer de comprendre  ce qui  menace et au contraire ce qui pourrait garantir son devenir et sa viabilité économique.

 

Les enjeux économiques de la pêche  et des autres activités maritimes peuvent-ils être compatibles ?..les ressources de la mer, leur exploitation,l’aménagement des activités et des territoires, les  contraintes imposées par l’administration, les niveaux mondial, européen, national, local et….

Intervenant pour introduire le thème et poser des bases de discussion:  Alain LE SANN secrétaire du Collectif pêche et développement et président du festival de films  » Pêcheurs du monde »

 

Les prochains Cafés

 

Jeudi 20 novembre 2014 au Moulin du Grand Poulguin

La valeur ajoutée.

Parmi les thèmes possibles:

Le jeudi 18 décembre 2014.

Une économie idéale …Noël approche!

25ème Café : Le prix des matières premières agricoles, la spéculation …ou comment faire de la galette sans blé.

25ème Café Economique

Jeudi 20 décembre 2012 19h15 Café du Centre à

Pont-Aven.

Séance animée par Jean Yves Yhuel responsable des achats ventes matières premières agricoles à la coop de St Yvi.

« Le prix des matières premières agricoles, la

spéculation …ou comment faire de la galette sans blé. »

 

Les marchés à terme agricoles ont pris leur essor aux Etats-Unis à la fin du 19ème siècle, les agriculteurs pouvaient avoir vendu leur récolte avant de la semer, un substitut au système bancaire.

La pratique perdure avec des formes seulement modernisées et est encore très liée à la Bourse de Chicago.

Quoi de plus tentant que de jouer avec des valeurs fictives pour des spéculateurs pour qui le blé n’a pas d’autre odeur que celle de l’argent.

L’ensemble des matières premières est concerné par cette pratique, la prétention des marchés à opérer ainsi la meilleure allocation des ressources est-elle fondée ?

La spéculation sur les matières premières peut-elle mettre en danger les approvisionnements mondiaux ?

Ou, d’une boutade, peut-on faire de la galette sans blé ? A plus d’un titre!

 

 

 

Les catégories d’articles

Derniers articles du Forum

    • Le Portugal en panne d'investissement 18 octobre 2019
      La discipline budgétaire, qui avait permis à Antonio Costa de financer des mesures sociales lors de son premier mandat, handicape la croissance du pays
    • Union Européenne : la grande fermeture ? 18 octobre 2019
      Cela fait partie de l’ADN de l’Union Européenne que de défendre l’ouverture, la mondialisation, le (doux) commerce, et d’encourager les échanges (notamment chez les jeunes avec Erasmus).
    • Les 10 limites de la méthode Duflo 18 octobre 2019
      Agnès Labrousse et Arthur Jatteau, deux économistes qui ont étudié les expérimentations aléatoires ou randomisées, expliquent pourquoi ces dernières sont à prendre avec précaution.