Economie Internationale

85 ème Café économique : Le « Brexit », un événement européen.

85ème Café Économique

 Jeudi 15 novembre 2018 à 19h15

exceptionnellement à l’Auberge de la Fleur d’Ajonc

à Pont-Aven (centre)

 

                                            Le Brexit : Un événement européen.

 

La décision britannique lors du référendum de juin 2016 avait interpellé l’Europe entière, erreur voire manipulation pour les uns, issue inévitable pour d’autres. Les négociations pour la mise en œuvre du divorce semblent difficiles entre perspectives d’apocalypse et simple retour à une histoire pas si lointaine.

Dans le respect du vote de nos voisins nous débattrons des raisons de cet échec de l’idéal européen. Pourquoi deux moitiés des peuples britanniques se sont-elles clivées ? On pourra tenter d’examiner chacune des parties et voir dans quelle mesure l’institution européenne les sert ou les dessert, les rassure ou les inquiète.

Le Brexit se décline maintenant dans de nombreuses langues européennes ,avec des clivages semblables malgré le ciment d’une monnaie partagée par 19 pays.

Entre économie, sociologie et angoisses des peuples, nous nous interrogerons, sans trop chiffrer les choses.

81ème Café économique : Libre circulation des biens et des personnes, quelle limite pour la planète?

81ème Café économique

Jeudi 17 mai à 19h15 au Moulin du grand Poulguin à Pont-Aven

Libre circulation des biens et des personnes, quelle limite pour la planète?

Commerce et transport ont toujours été étroitement liés, comme la poule et l’œuf…

Pendant des siècles, la lenteur et les incertitudes des transports, les douanes et octrois ont limité le développement du commerce.

La vapeur puis le pétrole et le moteur à explosion ont révolutionné les transports et dopé les échanges. L’Organisation Mondiale du Commerce  s’attelle à réduire les autres obstacles et le mot d’ordre est désormais la libre circulation des capitaux, des marchandises, voire des personnes.

Mais du temps de la marine à voile et du moteur à crottin, les pollutions étaient limitées : aujourd’hui, les transports sont responsables de 30 à 40% des émissions de gaz à effet de serre, selon les pays et les estimations, et celles-ci croissent plus vite que l’activité, alors que l’objectif , fixé par la COP21, notamment, est de les réduire de manière urgente.

Alors que faire ? À notre portée, on pense à privilégier le circuit court, mais celui-ci peut s’avérer fort émetteur par rapport  aux volumes transportés.

Après les constats, nous vous invitons à réfléchir aux solutions avec  JP Beux, J David et JJ Faure.

Présentationv2Climat _ l’OMI adopte une stratégie pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre des transports maritimes

80ème Café économique : Tobin or not Tobin?

80ème Café économique de Pont-Aven-Jeudi 19 avril 19h15

Au Moulin du Grand Poulguin, quai Théodore Botrel, à Pont-Aven.

 

Tobin or not Tobin ? Faut-il taxer les transactions financières ou non ?

 

L’idée de mettre en place une taxe sur les transactions financières a été lancée dans les années 70 par l’économiste James Tobin qui obtiendra en 1981 le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel, alias prix Nobel d’économie.

Elle avait pour but initial de réguler les taux de change mais l’idée évoluera pour freiner la spéculation, favoriser l’économie réelle, créer des emplois dans le cadre du développement durable.

Cette idée connaît un succès extraordinaire à partir de 1997 en France comme à l’étranger en raison des crises financières. Elle cristallise des débats passionnés entre acteurs économiques, financiers, leaders politiques et associations … Obama avait mis en place des mesures qui allaient dans son esprit et aujourd’hui Trump les abroge. Faut-il mettre en place cette taxe ? Quel doit être son taux ? Comment garantir que la taxe ne se perdra pas dans les méandres des budgets de l’état  et qu’elle participera au développement durable, à l’emploi … ?

 

Après l’introduction du thème par Pierre Jarret, place aux échanges (non taxés !) entre les participants.

78 ème Café économique : « Le pétrole, bénédiction ou malédiction pour les pays qui en possèdent? »

78ème Café économique de Pont-Aven

Jeudi 15 février 2018 à 19h15

 

Au Moulin du Grand Poulguin, quai Théodore Botrel, à Pont-Aven

 

« Le pétrole, bénédiction ou malédiction pour les pays qui en possèdent ? »

 

Le pétrole,  « l’Or noir », nous en sommes devenus dépendants, mais avons pris conscience petit à petit des dégâts qu’il est susceptible de faire à la planète, mais est-ce seulement sur le plan écologique ?

« Or », synonyme de richesse et d’afflux d’argent pour les pays qui ont la chance (?) d’en receler dans leur sous-sol,  n’apporte-t-il que des bienfaits et du bien-être? Ne serait-il pas aussi cause de dégâts collatéraux sur l’économie et la société des pays producteurs, du fait d’une dépendance finalement aussi forte que celle des clients? Ne met-il pas à mal leur souveraineté ?

Ce sujet, brûlant, sera introduit par M. Alain Collas, agrégé et docteur en histoire, chargé d’enseignement à l’université de Bretagne Sud, qui précise :

« Après un historique de la découverte du pétrole, essentiellement au Moyen Orient, nous verrons comment ce produit a structuré depuis 1914 la politique du Moyen Orient.  Nous préciserons le rôle des Anglais et des Américains et les tendances à venir.

Nous évoquerons aussi la situation de la Russie et de la Chine. »

75ème café économique : Ecosse, Flandres, Catalogne…quelle motivation économique à la revendication indépendantiste ?

Le 75ème Café économique aura lieu  Jeudi 16 novembre  à 19h15

Au Moulin du Grand Poulguin, quai Théodore Botrel à Pont-Aven.

et aura pour thème: Ecosse, Flandres, Catalogne…quelle motivation économique à la revendication indépendantiste ?

 

« Quand on est perdu, on cherche une maison. Quand on construit sa maison, tous les coups de main sont bienvenus ! Mais quand on a la plus belle du quartier, on ne veut pas forcément la partager ».

 

Depuis la fin du XVIIème siècle nos sociétés modernes ont habité des maisons fortes, identifiées, fortifiées et souveraines : l’Etat Nation. Cette construction n’allait pas de soi ! Elle a été le fruit de multiples conflits économiques et sanglants et en a généré autant. Elle a étouffé des peuples, des langues, des religions et même généré des génocides. Pourtant, et c’est le plus étonnant, dans un monde de plus en plus multilatéral, global et en paix, la disparition de l’Etat Nation provoque des angoisses, des crises identitaires, des crises religieuses jusqu’à la nostalgie du sentiment nationaliste, au sein même de démocraties à présent bien installées. Les volontés d’émancipation régionale, en Espagne, en Flandres, en Lombardie s’accompagnent dans toutes les démocraties européennes, mais aussi outre-Atlantique, d’une montée des nationalismes, du protectionnisme, du patriotisme économique ou de l’intégrisme religieux.

 

Ce à quoi nous allons tenter de répondre, ou tout au moins de réfléchir lors du 75ème café économique :

–          En quoi le protectionnisme nous protège-t-il et pourquoi la réponse nationaliste se justifie par la recherche de stabilité ?

–          Les égoïsmes territoriaux des régions les plus riches sont-ils compatibles avec l’efficacité économique ?

–          Les ressorts de croissance sont-ils dans les régions les plus développées ou dans les régions à développer ?

–          La régulation (des marchés, de l’évasion fiscale, de l’environnement) est-elle réalisable dans des ensembles intégrés ou dans des territoires avides d’autonomie mais pratiquant la concurrence territoriale et le dumping social et fiscal ?

–          Enfin, quelle construction institutionnelle permettrait de répondre aux besoins d’identité territoriale rassurante tout en développant le sentiment d’appartenance à un tout  plus large, du citoyen européen au citoyen du monde ?

 

Plusieurs cafés seront certainement nécessaires pour embrasser toute cette problématique mais les participants donneront certainement, comme d’habitude, et à travers le débat, le « la » de la soirée !

 

58ème Café éco : La planète peut-elle nourrir tous ses habitants???

 58ème Café Eco

Jeudi 18 février à 19h15

Au Moulin du grand Poulguin –quai Botrel à Pont-Aven

 

La planète peut-elle nourrir tous ses habitants ???

 PS : Date à retenir! le jeudi 19 mai, le Café éco recevra Emmanuel Todd, pour un débat sur l’Euro.

 

 

 

wfp-logo

Action_contre_la_faim.svg

LogoCARE

photo

 

 

CroixRouge

 

 

 

image_logo_oxfam

 

UNESCO.svg

 

unicef-logo

 

 

 

 

 

 

 

                              Tout d’abord, combien sommes-nous ? Environ 7 milliards. Combien d’êtres humains la planète pourrait-elle nourrir ? 12 milliards nous dit la FAO (Organisation de l’ONU pour l’agriculture). Comment se fait-il alors que 800 millions de personnes (soit un peu plus d’une sur dix !) souffrent encore de la faim ? Pour être plus parlant, pourquoi, toutes les 5 secondes, un enfant de moins de dix ans meurt-il de faim ou de ses suites immédiates ? Et pendant ce temps, la surproduction fait chuter les prix et barrer les routes par nos agriculteurs…y a quelque chose qui cloche, non ? L’homo sapiens ne serait-il pas si « savant » que ça ? Est-ce un problème technique, politique, économique ? Comme d’habitude, nous échangerons pour essayer de comprendre les raisons de ce paradoxe, et pourquoi pas identifier (à notre modeste niveau !) des solutions… Introduction par Jean Jacques Faure. Pour info : dans quels pays souffre-t-on de la faim? carte wfp275077-page-0-SMALL

 

 

 

 

 

 

 

 

faimbusiness_vf_maquettee-page-0 faimbusiness_vf_maquettee-page-1faimbusiness_vf_maquettee-page-2faimbusiness_vf_maquettee-page-3

37ème Café : colloque « CAPITALISME ET DEMOCRATIE »

37ème Café Economique

 

                   COLLOQUE

                  Samedi 22 février 2014 de 13h45 à 18h

 

                  MJC, Le Sterenn

                  à Trégunc

                 « CAPITALISME ET DEMOCRATIE »

 

ENTREE LIBRE et GRATUITE, le Café Economique rappelle qu’il n’est dépendant d’aucune école, les participants font le débat!

 

Convergence ou dépassement ?

En ce début du 21e siècle, il est souvent convenu de penser que démocratie et économie de marché avancent de conserve ; or, les développements multipolaires constatés ici et là nous indiquent que d’autres couples sont sans doute en cours de formation. Les participants sont invités à débattre de la revisitation des concepts et des pratiques … passées et en cours.
13h45 Accueil
14h15 Présentation et animation par Patrick BEAUVAIS.
14h30 Première contribution (Jean-Marc TANGUY) => LES ORIGINES
Capitalisme / Libéralisme politique / Libéralisme économique / Démocratie……
15h00 Débat avec la salle
15h15 Deuxième contribution (Jean-Pierre BEUX) => LA COHABITATION
Démocratie et capitalisme / Les institutions / Les régulations / Les négociations.
La revue FuturWest publiera un texte de fond de JPB « Le capital, le bel objet »
dans son N°49 – parution au 15 Février 2014 = www.futurouest.com
15h45 Débat avec la salle
16h00 Pause
16h30 Troisième contribution (Liam FAUCHARD) => LES PERSPECTIVES
Quelles possibilités de dépassement de la démocratie « capitaliste » ?
LF et Philippe MOCELLIN ont publié au Printemps 2012 « Démocratie participative : progrès ou illusions ? » – L’Harmattan
17h00 Débat avec la salle
17h30 Conclusions (Patrick Beauvais)

Notre colloque s’insère dans le programme de débats de la MJC de Trégunc, en soirée à 20h, conférence de Monique Pinçon-Charlot  autour de son

livre « La violence des riches » sous l’égide de ATTAC et de la Ligue des Droits de l’Homme. 

   

36ème Café : L’EUROPE, L’EUROPE… COMMENT CA MARCHE ?

36ème Café Economique

 

                   Jeudi 16 janvier 2014 à 19h15

 

                  Au Moulin du grand Poulguin

                              Quai botrel

                  à Pont-Aven

 

L’EUROPE, L’EUROPE… COMMENT CA MARCHE ?



L’Union Européenne – 1993 – est la continuité renforcée de la CEE (Communauté Economique Européenne) dont les composantes principales furent la CECA (Charbon-Acier), l’EURATOM (Energie atomique), la PAC (Agriculture), le Marché commun……avec 6 Etats fondateurs.

De nos jours, l’UE représente une organisation originale et inédite que nous envient bien des régions du Monde, car construite par la paix, la règle, le compromis… plutôt que par la force et le conflit. Elle est cependant parfois contestée en son propre sein.
Mais comment ça marche ? L’économie est-elle toujours le ressort principal ? Pourquoi le fonctionnement semble-t-il parfois si compliqué ? Les Conseils Européens et le Parlement de Strasbourg sont ils démocratiques ?
La zone Euro (Euroland) est-elle amenée à devenir le fer de lance de l’UE ? Ou peut-elle se déliter ?
La Commission Européenne peut-elle décider… sans l’aval des Etats-membres ?
Quels devenir pour les programmes d’enseignement  Erasmus et Leonardo réunissant les jeunes européens?

 

35ème Café : Faut-il intégrer la Bourse à la Française des Jeux ?

35ème Café Economique

 

                   Jeudi 19 décembre 2013 à 19h15

 

                  Au Café du Centre à Pont-Aven

 

Faut-il intégrer la Bourse à la Française des Jeux ? « 

 

Les informations radiophoniques, font état heure par heure des cours de la bourse, ils sont consultables en direct sur de nombreux sites internet, c’est aussi une rubrique quotidienne de votre journal. La bourse est associée aux crises de l’économie, on redoute ses soubresauts, on l’accuse de bien des maux mais on la respecte parce que peut-être la vielle dame fait-elle son œuvre malgré tout. En quoi les décisions d’achat ou vente d’actions d’entreprises concernent-elles à ce point la vie de tous les jours ?

Est-ce le passage obligé du financement de l’économie ?

Est-ce plutôt le moyen de faire de bonnes affaires sans se soucier du réel ?

Ou, les bons coups des spéculateurs font-ils le bonheur de tous ?

Sinon, faut-il intégrer la bourse à la Française des Jeux ?

 

 

 

 

29ème Café : De Francfort à Athènes, l’euro qui comme Ulysse…

29ème Café Economique

Jeudi 18 AVRIL 2013 à 19h15

Moulin du Grand Poulguin à Pont-Aven

 

De Francfort à Athènes, l’euro qui comme Ulysse…

 

Onze années après la mue du serpent monétaire et de l’écu et  après plus de quatre années de crise sévère, le beau voyage va-t-il se poursuivre ?

Une seule monnaie peut-elle couvrir des espaces économiques ayant des structures et des productivités différentes ?

La monnaie unique porte t-elle en elle la convergence des sociétés européennes ou au contraire domination et marginalisation ?

Chaque crise fait surgir l’annonce de nouvelles régulations financières, prometteuses et toujours insuffisantes, faut-il désespérer ?

L’euro renforce t-il l’Europe face aux autres édifices économiques mondiaux?

Faute d’institutions fédérales européennes autres que la Banque Centrale, la monnaie doit elle être unique ou seulement commune ?

Le débat fait l’histoire, l’aventure sera-t-elle homérique ?

 


	                    
	                

25ème Café : Le prix des matières premières agricoles, la spéculation …ou comment faire de la galette sans blé.

25ème Café Economique

Jeudi 20 décembre 2012 19h15 Café du Centre à

Pont-Aven.

Séance animée par Jean Yves Yhuel responsable des achats ventes matières premières agricoles à la coop de St Yvi.

« Le prix des matières premières agricoles, la

spéculation …ou comment faire de la galette sans blé. »

 

Les marchés à terme agricoles ont pris leur essor aux Etats-Unis à la fin du 19ème siècle, les agriculteurs pouvaient avoir vendu leur récolte avant de la semer, un substitut au système bancaire.

La pratique perdure avec des formes seulement modernisées et est encore très liée à la Bourse de Chicago.

Quoi de plus tentant que de jouer avec des valeurs fictives pour des spéculateurs pour qui le blé n’a pas d’autre odeur que celle de l’argent.

L’ensemble des matières premières est concerné par cette pratique, la prétention des marchés à opérer ainsi la meilleure allocation des ressources est-elle fondée ?

La spéculation sur les matières premières peut-elle mettre en danger les approvisionnements mondiaux ?

Ou, d’une boutade, peut-on faire de la galette sans blé ? A plus d’un titre!

 

 

 

13ème Café : Conférence – « Moi, la finance et le développement durable »

SEANCE DELOCALISEE A QIMPERLE

Dans le cadre des 20 ans de CHLOROFILM

Avec la collaboration de l’AMAP

            LE CAFE ECONOMIQUE de PONT AVEN N°13 / MARDI 22 NOVEMBRE 2011 – 20h30 

La finance peut-elle avoir une morale ?

Débat à la suite du film

       « Moi, la finance et le développement durable » 

CINEMA « LA BOBINE » à QUIMPERLE 

SYNOPSIS DE Moi, la finance et le développement durable

Une ménagère de plus de cinquante ans qui a récupéré son temps de cerveau disponible interroge le monde de la finance sur sa responsabilité face au développement durable.

LA CRITIQUE LORS DE LA SORTIE EN SALLE DU 29/09/2010

Vous avez un compte courant, quelques petits placements, une assurance-vie ? Vous financez peut-être des bombes antipersonnel, la construction d’une centrale nucléaire en pleine zone sismique, ou d’autres initiatives tout aussi effroyables. Nous sommes tous des investisseurs douteux, perdus dans un inextricable écheveau de placements et de spéculation, une nébuleuse de grands groupes financiers. Cette réalité, Jocelyne Lemaire-Darnaud la défriche dans un documentaire instructif. La réalisatrice (dont on avait aimé l’excellent Paroles de Bibs, sur les ouvriers de Michelin) assemble une mosaïque de témoignages, qui détaillent avec clarté, même pour les spectateurs les plus allergiques à l’économie, le circuit de l’argent, ses répercussions sociales et écologiques à l’échelle mondiale. Entrecoupé d’interludes malicieux impliquant, entre autres, un prestidigitateur, un panier à salade et quelques exemplaires de Libé, le film pose aussi les bonnes questions sur l’investissement socialement responsable, en plein essor depuis quelques années. Un film militant et intelligent. Une alerte.

Cécile Mury TELERAMA

Les catégories d’articles

Derniers articles du Forum

    • Le Portugal en panne d'investissement 18 octobre 2019
      La discipline budgétaire, qui avait permis à Antonio Costa de financer des mesures sociales lors de son premier mandat, handicape la croissance du pays
    • Union Européenne : la grande fermeture ? 18 octobre 2019
      Cela fait partie de l’ADN de l’Union Européenne que de défendre l’ouverture, la mondialisation, le (doux) commerce, et d’encourager les échanges (notamment chez les jeunes avec Erasmus).
    • Les 10 limites de la méthode Duflo 18 octobre 2019
      Agnès Labrousse et Arthur Jatteau, deux économistes qui ont étudié les expérimentations aléatoires ou randomisées, expliquent pourquoi ces dernières sont à prendre avec précaution.